Le transport est un élément essentiel dans l’atteinte de nos objectifs climatiques

 

La durabilité était autrefois considérée comme un mot à la mode : un moyen de renforcer l’identité de responsabilité sociétale d’une entreprise. Aujourd’hui, étant donné les effets indéniables des changements climatiques et la persistance des secteurs académique, de revendication et à but non lucratif, la durabilité est devenue une priorité pour les décideurs politiques, et ce, à tous les niveaux du spectre politique.

 

La durabilité est désormais reconnue comme un avantage concurrentiel et un élément crucial de la stratégie de gestion des risques d’une entreprise ou d’un gouvernement. Ceux qui pourront s’adapter en conséquence prospéreront dans une économie à faibles émissions de carbone, tandis que ceux qui ne le feront pas subiront les coûts de l’inaction.

 

Au Canada, les gouvernements fédéral et provinciaux se sont engagés à agir en établissant des cibles d’émissions de carbone, notamment ici, en Ontario, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre à 30 % sous les niveaux de 2005 d’ici 2030, ce qui diminuerait de 17,6 mégatonnes les émissions de CO2 annuelles.

 

Il ne nous reste plus que huit ans avant 2030, et toute action visant à apporter un réel changement pour atteindre nos objectifs doit être rapide et stratégique. Selon l’Institute for Sustainable Finance de l’Université Queen’s, les transports sont considérés comme l’un des « enjeux les plus importants » quand il est question d’avenir à faibles émissions de carbone. Permettre des réductions d’émissions dans ce secteur aura « l’incidence la plus importante sur les cibles des différentes provinces et autorités ».

 

Les grandes tendances d’urbanisation, de numérisation, de mondialisation et de changement démographique indiquent que la demande de mobilité continuera d’augmenter rapidement. Si l’accent n’est pas mis intentionnellement sur la décarbonation et la dématérialisation dans nos chaînes d’approvisionnement, nous ne pourrons pas lutter efficacement contre les changements climatiques par l’intermédiaire des transports. Le ministère de l’Environnement de l’Ontario a récemment estimé que ses politiques actuelles permettaient seulement à la province d’atteindre moins de 20 % des réductions d’émissions prévues d’ici 2030, comme l’a précisé le vérificateur général de l’Ontario.

 

Encourager l’utilisation de transports collectifs plus durables constitue un levier important. Le secteur du transport doit appliquer cette optique de durabilité à l’ensemble du cycle de vie de ses produits, y compris à l’approvisionnement. Cela est d’autant plus important lorsqu’il est question de décisions d’approvisionnement, lesquelles peuvent accélérer ou retarder la progression vers les objectifs de durabilité à long terme et protéger les électeurs des effets néfastes des changements climatiques. En bref, l’approvisionnement doit être effectué dans une optique de durabilité.

 

Les dirigeants du système de transport public Exo de Montréal ont choisi d’investir dans les locomotives Charger du groupe 4 de Siemens Mobilité, qui, par rapport aux locomotives du groupe 0 existantes, ont une capacité de réduction de la matière particulaire de 95 % et une capacité de réduction des émissions de 89 %. Une telle décision est encourageante. Les investissements continus donnant la priorité à des déplacements plus durables (qui nécessitent plus de capital au départ, mais qui rapportent à plus long terme) sont ceux que les gouvernements orientés vers l’avenir doivent faire pour améliorer les collectivités au sein desquelles nous vivons.

 

Les changements climatiques sont passés du politique à la vie quotidienne, emportant des maisons et détruisant davantage de vies, alors que nous nous préparons à affronter une succession de tempêtes et des incendies de forêt qui refusent de s’éteindre.

 

Nous devons veiller à ce que chacun d’entre nous travaille de manière responsable à la mise en place de notre infrastructure de nouvelle génération. Nous devons nous assurer que la technologie, les produits et les fournisseurs feront chacun leur part pour mieux nous positionner dans l’avenir.

 

Notre planète l’exige.

 

Écrit par:

Yves Desjardins Siciliano, PDG

Siemens Mobilité Limitée